Armée du Salut

Depuis le 1er juillet 2018, Stéphane est officier responsable du Poste de Rouen. Après avoir lui-même souffert de malveillance et d’exclusion au cours de son enfance, il ne peut concevoir qu’un jeune puisse être rejeté. C’est aujourd’hui un animateur particulièrement sensible aux enfants qui sont exclus par leur environnement, leur famille ou leurs camarades. À de nombreuses occasions, lors de séjours de vacances organisés par l’Armée du Salut, Stéphane a été confronté à des enfants ou à des jeunes ayant un comportement provoquant le rejet de la part du groupe. Il a toujours essayé de ne pas cataloguer les jeunes, mais, par l’échange, d’apprendre à les connaître et à les comprendre. Grâce à ces moments de confidences, dans une attitude d’écoute bienveillante, il a pu instaurer un climat de confiance. Les masques sont tombés et l’attitude de façade a été mise de côté, le temps d’instaurer une relation vraie. Chaque enfant, chaque jeune a besoin d’être considéré dans sa globalité. Notre comportement est influencé par notre histoire, notre passé. Accueillir tous les enfants! « En tant que responsable de camps, je ne veux pas refuser la prise en charge de ces jeunes au comportement compliqué, mais j’assume ce choix et je ne veux pas l’imposer au reste des jeunes et de l’équipe. », nous explique Stéphane. Bien souvent, de nombreuses tensions ont pu être apaisées en expliquant au reste de l’équipe le comportement du jeune et en le remettant dans son contexte. « Quand nous faisons confiance à un jeune, il nous le rend. » La souffrance exprimée par la violence et la colère d’un jeune est le symptôme d’un mal-être bien plus complexe. Que savons-nous de sa solitude, de la situation difficile qu’il est en train de vivre ? Il n’y a pas que la maltraitance qui peut pousser à une conduite violente. Cela peut aussi être une famille qui est en train de se briser ou un moment de vie difficile à accepter. C’est la mission de l’Armée du Salut d’accueillir les enfants et les jeunes que personne ne veut prendre en charge, ceux qui ont été refusés par d’autres organisations. « Nous devons montrer à ces jeunes que nous les aimons et qu’ils sont aimés de Dieu ». Nous voulons être une armée ouverte sur le monde et tournée vers les autres afin que chacun se sente accueilli et bienvenu. L’inconditionnalité, c’est aussi l’accueil de celui qui n’a pas les mêmes convictions que nous. Quelles que soient les convictions de l’autre, nous voulons rester dans une attitude humble en l’acceptant tel qu’il est. Notre attitude est bien souvent un témoignage à lui tout seul. Dans une ambiance sereine et de confiance, des interactions sont autant d’occasions de débattre et de s’exprimer. On n’impose pas notre point de vue, mais on invite l’autre à échanger, à assister à un temps de partage autour d’un sujet de réflexion spirituelle. La porte est ouverte pour répondre aux questions. Stéphane remet à Dieu les jeunes dans ses prières. Certaines situations ne se débloquent pas, mais il faut avoir l’honnêteté de l’accepter. Quelquefois, il a été amené à prendre les mesures qui ont permis au groupe de continuer le séjour en toute quiétude. Nous ne savons pas comment les jeunes que nous côtoyons vont grandir, mais nous voulons semer en eux quelques graines qui leur permettront de s’épanouir. Propos recueillis par Cécile Clément Des actions près de chez vous 8 En Avant

RkJQdWJsaXNoZXIy NTk2MzA=