Armée du Salut

Dans l’Ancien et le Nouveau Testament, les cantiques et la musique sont au service du culte, de l’adoration et de la louange à Dieu. Dans le livre des Psaumes, les auteurs expriment tour à tour la joie, la louange, la repentance, la faiblesse, la souffrance ou la peur parfois. Ils disent toujours la bonté de l’Éternel, sa miséricorde, la ferme assurance du salut, la confiance en Dieu en tout temps et malgré l’épreuve. Aujourd’hui, nous sommes au bénéfice des auteurs de cantiques chrétiens qui, inspirés par Dieu, ont écrit leur joie, leur espérance en Dieu en toutes sortes de circonstances. Ces chants ont traversé les années, les pays et sont chantés aujourd’hui dans les différentes églises chrétiennes. Joseph Scriven, né en 1819 en Irlande du Nord, perd sa fiancée suite à une noyade accidentelle à la veille de son mariage. Cette mort subite l’affecte très durement. Au travers de la tristesse de cette épreuve, il trouve en Jésus-Christ, son Sauveur et son Seigneur, l’ami sûr qui lui apporte la consolation. Dès lors, il consacre sa vie à Dieu et témoigne de sa foi. À l’âge de 25 ans, il émigre au Canada. Des années plus tard, il reçoit une lettre de sa mère restée en Irlande, malade et triste. Il lui répond en joignant à sa lettre un poème qu’il avait composé : « What a friend we have in Jesus » c’est-à- dire : « Quel ami fidèle et tendre, nous avons en Jésus-Christ, toujours prêt à nous entendre, à répondre à notre cri... » Sa mère en donnera une copie à un ami qui le fait publier anonymement. Joseph n’en saura rien. Il a 39 ans quand sa future épouse, Eliza Catherine Roche, contracte la tuberculose et meurt alors que le couple est sur le point de se marier. Surmontant toutes ces épreuves, Joseph continue à Cantiques d’hier et d’aujourd’hui se consacrer au ministère en prêchant dans l’Église baptiste mais aussi dans les tavernes, partageant le repas avec les ouvriers. Sa générosité le pousse à donner facilement ce qu’il possède, même ses habits. Il offre son aide à ceux qui en ont besoin et ses voisins le surnomment « l’homme qui scie du bois pour les pauvres et les malades qui ne peuvent pas payer ». Très respecté pour sa bienveillance, sa charité, sa piété, son oubli de soi et son amour de la vérité, on le décrit comme « un homme de petite taille, portant un chapeau gris-fer, une barbe serrée et des yeux bleu clair qui scintillent quand il parle ». À la fin de sa vie, Joseph, souffrant et alité, reçoit la visite d’un ami. Au cours de la conversation, celui-ci lui lit la copie manuscrite d’un poème qu’il avait trouvé, sans savoir que c’était celui que Joseph avait envoyé à sa mère en Irlande de nombreuses années auparavant. Joseph reconnaît avec humilité : « Le Seigneur et moi, nous l’avons fait ensemble ». Peu de temps après, en octobre 1896, Joseph est rappelé à Dieu. Ce poème, produit d’une vie tragique, traduit bien le degré d’intimité et de communion d’une âme sensible qui a connu Jésus-Christ comme un ami fidèle. Mis en musique par Charles Crozat Converse - avocat américain et compositeur de chants d’église - le chant, traduit en plusieurs langues, a parcouru le monde. Ces paroles de foi, de confiance et d’espérance, de simplicité et de douceur, sont un encouragement pour tous ceux qui se confient en Jésus-Christ et qui l’attendent. Major Claire Lise Fournel 5

RkJQdWJsaXNoZXIy NTk2MzA=